Histoire Historique des curés Rite latin
Pasteurs Activités de financement Louer Offrandes Liens externes Contactez-nous













Histoire de Notre-Dame-des-Bois
depuis sa fondation en 1877

 

- Les origines de 1869 à 1877

 

Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, la population canadienne-française, surtout installée sur les bords du grand fleuve, se mit à émigrer aux États-Unis à la recherche de travail. Pour contrer ce « grand exode », le Gouvernement décida d’ouvrir de nouvelles terres à la colonisation. La fondation du village de Notre-Dame-des-Bois s’inscrit dans ce contexte de colonisation et de rapatriement.

Le 16 août 1869 le lieu fut érigé en canton de Chesham par lettres patentes (le nom vient d’une commune du comté de Buckingham en Angleterre).

En août 1870, trois Franco-américains firent l’acquisition de lots sur les rangs 4 et 6 : F.-X Dufresne, L. Dumaine et P.-U Vaillant.

En 1871, F.-X. Dufresne vint défricher mais repartit faute de route; il est considéré comme le premier colon.

En 1873, P.-U Vaillant fit la première récolte sur un terrain ensemencé;
en 1875, il construisit la première scierie. Le village lui doit son premier nom : « Vaillantbourg ».

Le 23 février 1875, fut sanctionné l’Acte de rapatriement. La population se mit à affluer. Le Gouvernement fit bâtir pour les nouveaux arrivants l’« Hôtel des colons », vaste habitation permettant de les héberger avant qu’ils se construisent une maison sur leur lot. L’emplacement du village fut choisi à cause d’une source abondante qui coulait dessous un rocher (Rocher de la Vierge).

 

L’abbé Alfred Desnoyers, curé de Saint-Pie de Bagot et un des directeurs de la Société de colonisation de Bagot, vint visiter les lieux, accompagnant l’agent de colonisation Jérôme-Adolphe Chicoyne et son épouse. On lui demanda de célébrer la messe. Le 17 juin 1875, se servant du rocher comme d’un autel, il célébra l’eucharistie en présence des premiers arrivants. Cet événement est considéré comme l’acte de fondation du village. De huit qu’ils étaient le 23 février 1875, les habitants passèrent à 636 (31 octobre 1876).

 

Récit complet de la première messe décrit par: P. U. Vaillant (un des premiers colons) qui a paru dans le journal "Le progrès" de Sherbrooke le 26 juin 1875.

Le premier janvier 1877, Notre-Dame-des-Bois de Chesham est institué en municipalité;
Le 4 décembre 1877, en paroisse.

Retour Haut de page

- Les lieux de culte


1877 à 1906
Aux tout débuts, en 1875 et 1876, l’Hôtel des colons était transformé provisoirement en chapelle pour servir de lieu de culte, puis au printemps 1877 il a été converti en chapelle permanente.

 


1906 à 1955

Sérieusement endommagé par un ouragan en 1906, il fut démoli pour faire place à une église en pierre, bénite en 1908 par Mgr Larocque, évêque de Sherbrooke.

Retour Haut de page

 

- Le rocher de la Vierge

En souvenir de la première messe, les habitants disposèrent une statue sur le rocher; elle fut bénite solennellement par M. Victor Chartier, curé à La Patrie, le 15 juin 1876. La statue fut offerte par M. Chicoyne (agent de colonisation) qui souhaitait honorer Notre-Dame-des-Bois afin de remplir la promesse faite à la Sainte Vierge 9 ans plus tôt, de lui ériger quelque part un lieu de pèlerinage, en reconnaissance d'une grande faveur sollicitée dans le petit Sanctuaire de Notre-Dame-des-Bois de France, lors d'un voyage en Europe

 

"La Presse" de Montréal, Mars 1909

" Après s'être dirigés un peu de tous côtés, les représentants de l'autorité s'arrêtèrent sur le flanc d'une colline en pente douce et garnie de beaux arbres. L'endroit paraissait sous maints rapports, répondre au but que l'on cherchait à atteindre. Restait la question de l'eau. Certaines plantes, qui se montraient ça et là , laissaient croire que la terre n'était pas privée d'humidité. Les explorateurs étaient à délibérer sur cette partie assez importante de leur étude, lorsque leur attention se porta sur ce qui parut être un morceau de débris caché sous une épaisse couche de mousse. Le déblayage permit de reconnaître la présence d'un rocher émergeant du sol, tandis qu'à sa base jaillissait une source au cours abondant et limpide. Cette dernière constatation mit le sceau au choix définitif de la colline, déjà remarquée. "
" Le résultat de l'exploration fut soumis à qui de droit et reçu avec faveur. "

" Le rocher, qui venait d'être témoin d'une cérémonie aussi sublime, devait être désormais considéré comme objet bénit. On résolut de l'empêcher de tomber dans l'oubli ou de servir à des usages profanes. Il fut décidé de le couronner d'une statue de l'auguste patronne de la future paroisse, cette Madone devant être vénérée sous le nom populaire de " Notre-Dame-des-Bois "

Un décret épiscopal érigeait ce coin de terre privilégié en un lieu de pèlerinage, où vont maintenant s'agenouiller les fidèles des environs et même des localités éloignées.
Avec les jours ensoleillés va renaître l'affluence des pèlerins et les échos du voisinage répéteront, avec plus d'entrain, les accents du cantique cher aux paroissiens de Notre-Dame-des-Bois :


Près de cette pierre bénie,
Tombe à genoux, peuple chrétien :
Et que ta bannière chérie
S'incline en ce lieu trois fois saint.

 

 

Les habitants du village et des environs avaient pris l’habitude de vénérer la Vierge Marie au rocher de la première messe et de déposer au pied de la statue des fleurs cueillies dans les bois.

Voyant cette dévotion naissante, Mgr Antoine Racine, évêque fondateur du diocèse de Sherbrooke, émit un décret officiel érigeant en un lieu de pèlerinage le Rocher de la Vierge, le 15 août 1883.

Cliquez pour agrandi

Mgr. Antoine Racine

 

 

15 août 1883 Sherbrooke
Décret officiel de Son Excellence Mgr Antoine Racine, érigeant en lieu de pèlerinage, le Rocher de la Vierge

 

C'est pourquoi, désirant favoriser dans la nouvelle paroisse de Chesham, dédiée à Marie Immaculée, la dévotion à la Sainte Vierge et récompenser la piété des familles qui ont construit et embelli le trône sur lequel est placée la statue de la sainte Mère de Dieu, nous avons réglé et réglons ce qui suit :

Les quatre articles du décret.
1. Nous dédions et consacrons à Marie le lieu où le 17 juin 1875, la première messe a été célébrée dans le canton de Chesham;

2. Nous désirons que ce lieu vénéré soit désormais considéré comme un lieu de pèlerinage, pour les fidèles qui désirent obtenir quelque grâce particulière, par l'intercession de Marie Immaculée;

3. Nous accordons quarante jours d'indulgence à toutes les personnes qui, visitant ce lieu, réciteront à notre intention (qui est la propagation et l'affaissement de notre sainte foi, dans notre diocèse) les litanies de la Sainte Vierge ou cinq fois " Je vous salue "

4. Tous les ans, on fera dans l'église paroissiale de Notre-Dame-des-Bois de Chesham, une neuvaine préparatoire à la fête de l'Immaculée-Conception. Cette neuvaine commencera le 29 novembre de chaque année.

Sera la présente Lettre circulaire lue au prône de la messe paroissiale, le premier dimanche après sa réception.
Sherbrooke, le 15 août 1883

Antoine, Ev. de Sherbrooke.
Par Monseigneur
H.O. Chalifoux, ptre, Secrétaire.

Prière à Marie, sous le vocable de Notre-Dame-des-Bois
(Immaculé Conception)

Marie, étant l'Immaculée Conception, prions-La dans le but d'obtenir, par Son intercession, la grâce de ne jamais commettre de péché contre la vertu de Pureté. (référence : Saint John Berchmanns, S.J)

" Ô Vierge très pure, conçue sans péché, toute belle et sans tache dès le premier instant de Votre conception, glorieuse Marie, pleine de grâces et Mère de mon Dieu. Reine des anges et des hommes, je Vous révère très humblement comme la Mère de mon Sauveur.
Vous êtes l'Asile des pécheurs pénitents je dois donc recourir à Vous :
Vous êtes la Mère des miséricordes.Vous serez donc touchée de mes misères :
Vous êtes, après Jésus Christ, toute mon espérance. Vous ne pourrez donc pas ne pas agréer la tendre confiance que j'ai en Vous.
Oh! Rendez-moi digne d'être appelé Votre enfant et d'être couronné avec Vous dans le ciel. "
(Référence : page 17 de l'Album-Souvenir du 75ème anniversaire)

Neuvaine :
Débuter par : " Ô Marie, conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à Vous"
Réciter la prière à Notre-Dame-des-Bois, ci-haut inscrite
Terminer par 3 fois : " Bénie soit la Sainte et Immaculée Conception de la Vierge Marie"

 

cliquez pour agrandir

Signalons enfin que durant l’été 2006, des travaux de rénovation du Rocher de la Vierge remirent à l’honneur ce site des origines du village et de la paroisse.

 

Retour Haut de page

- Incendie de l'église et reconstruction

1955, hiver pénible! Les paroissiens subissent des vents violents et des froids sibériens; ils s’enferment dans leurs demeures à cause de mauvais temps. L'église qui était chauffée au bois et au "bran de scie" ne fut pas épargnée.

Dans la nuit du 21 janvier 1955, une lueur sinistre apparut : le feu envahissait le temple de Notre-Dame-des-Bois! On sonna la cloche en signe d’alarme... Mais au lever du jour, les paroissiens, la mort dans l’âme, ne purent que constater la destruction de leur église.

 

Le nouveau pasteur, l'abbé Joseph Quirion, arriva à Notre-Dame-des-Bois en mars 1955 pour devenir l'âme dirigeante des travaux de construction d’une nouvelle église.

 

Au printemps 1957, les fidèles assistent enfin aux offices dans la nouvelle église.

La cloche qu’on avait retirée des cendres a été replacée dans le clocher, mais son timbre n`étant pas aussi sonore, une nouvelle cloche fut achetée quelques années plus tard.

La dette paroissiale de reconstruction de l'église fut répartie sur 20 ans

 


Église actuelle depuis 1955

 

Au printemps 1957, les fidèles assistent enfin aux offices dans la nouvelle église.

 

 

Retour Haut de page