Histoire Historique
des curés
Rite latin Pasteurs Activités de financement Vie paroissiale Vendre ou louer Offrandes Liens externes Contactez-nous












 


RITE LATIN À NOTRE-DAME-DES-BOIS

En 1992, l'abbé Bado fut délégué par un groupe ayant toujours gardé un attachement particulier à la messe tridentine pour les représenter auprès de l'archevêque de Sherbrooke, Mgr Jean-Marie Fortier. La rencontre avait pour but de demander le droit de célébrer, à Notre-Dame-des-Bois, la sainte messe selon l'Ordo Missae de 1962.

L'abbé Bado avait été choisi pour son appartenance à Ecclesia Dei. Cet organisme a été fondé par sa sainteté le pape Jean-Paul II pour faciliter la réintégration de la messe tridentine dans les paroisses. Elle forme et ordonne des prêtres qui désirent célébrer en latin. Ces prêtres sont ensuite nommés dans les diocèses qui en font la demande. Ils sont sous l'autorité de l'évêque de ce diocèse.

Une entente ayant été prise, ils purent commencer les offices la même année.
Les premières années, l'église leur était louée. Leur pasteur dépendait, comme tous les prêtres du diocèse, de l'archevêché de Sherbrooke mais ses frais de déplacement étaient aux soins des fidèles du rite latin.

Au début de l'année 2009, une entente est prise entre le conseil de gestion du secteur et le groupe de rite latin, l'entente les reconnaît comme des paroissien(ne)s à part entières. Cet accord, fut très fortement appuyée par le vicaire général Mgr Roger Roy et bien entendu par le curé Daniel Gilbert. Les fidèles s'engageant à remettre entièrement les quêtes de chaque dimanche au conseil de gestion et à participer aux activités de financement ainsi qu'à la vie paroissiale. Puisque le vicaire du rite latin (Abbé Bado), est désormais un membre officiel de la paroisse, il est entièrement rémunéré (frais de déplacement et célébrations) par le secteur Notre-Dame-des-Bois.

Mgr André Gaumont, archevêque actuel de l'archidiocèse de Sherbrooke, a renouvellé le mandat de l'abbé Bado comme seul responsable du rite latin à Notre-Dame-des-Bois. L'évêque vient lui-même administrer, selon le rite latin de 1962, le sacrement de confirmation pour les membres du groupe.

La bonne entente et la collaboration qui règnent entre les fidèles du rite vernaculaire (français) et ceux du rite traditionnel (latin) témoignent de l'esprit chrétien des catholiques. Ce n'est qu'avec cet esprit que l'on peut assurer le maintien de nos églises dans le contexte actuel de fermetures des sites de prières catholiques.